Wahi a ka mea lanakila lanakila no ka Nobel

Au cours des cinq prochaines années environ, la NASA envisage de renvoyer des êtres humains sur la Lune. En ce qui concerne l'avenir, la NASA prépare également le terrain pour les voyages en équipage sur Mars, et toute cette exploration spatiale passionnante a inévitablement conduit beaucoup de personnes à se demander combien de temps s'était écoulé avant que les êtres humains ne s'installent dans un autre monde.

Michel Mayor, a Scientifique, lauréat du prix Nobel de physique, n’aime pas trop parler de l’homme quittant la Terre pour des cieux plus verts. En fait, dans une récente interview de AFP le maire a déclaré qu'il ne voyait aucun moyen de coloniser des exoplanètes ressemblant à la Terre et que nous devrions dépenser nos ressources considérables pour la maintenir en bonne santé au lieu de rêver

Le maire expose ses arguments en notant que la distance entre notre planète et les systèmes solaires voisins est absolument énorme. Il a raison, bien sûr, et même ces exoplanètes qui semblent potentiellement habitables de notre point de vue sont encore trop lointaines pour que nous puissions en être certains.

Même si nous savions avec certitude qu'une planète était habitable et que les humains pouvaient exister librement et en toute sécurité sur sa surface, nous n'avons aucun moyen réel d'y arriver. La distance, le temps et la sécurité sont des facteurs prohibitifs, et déraciner notre civilisation au profit d’un lieu nouveau n’est même pas une possibilité lointaine.

«Ces planètes sont beaucoup trop loin. Même dans le cas très optimiste d'une planète vivable qui n'est pas trop éloignée, disons quelques dizaines d'années-lumière, ce qui n'est pas beaucoup, c'est dans le voisinage, le temps d'y aller est considérable », a déclaré le maire AFP. . «Nous parlons de centaines de millions de jours en utilisant les moyens dont nous disposons aujourd'hui. Nous devons prendre soin de notre planète, elle est très belle et reste parfaitement habitable. »

Le maire s'interroge particulièrement sur l'idée que, lorsque les humains détruisent complètement la Terre, nous pouvons simplement passer à autre chose, la qualifiant précisément de« complètement folle ». [19659002] L'humanité n'a pas de canot de sauvetage pour le moment et il est possible que nous ne le ferons jamais. La technologie peut nous permettre d’explorer d’autres mondes et même éventuellement d’autres systèmes solaires, mais il est extrêmement improbable que l’humanité ne fasse que faire ses bagages et partir. Dans cet esprit, il est probablement préférable de garder notre seule planète en état de fonctionnement.

Kiʻi kiʻi: Reid Wiseman / NASA

Uaʻike muaʻia kēiaʻatikala (ma ka'ōlelo Pelekānia) ma ʻO BGR