DRC: Hōʻikeʻike i ka nūpepa Kina i kēia Poalua 3 Kepakemapa 2019 - ʻApelika

– L’actualité de ce mardi est dominée par plusieurs sujets. Il s’agit notamment du face-à-face Tshisekedi-Guterres et de la présentation du programme du Premier ministre à l’Assemblée nationale.

L’AVENIR consacre sa une sur le face-à-face Tshisekedi-Guterres. Il titre : « Un vent d’espoir souffle en Rdc ». Les deux personnalités se sont convenues donc que la Monusco (Mission des Nations Unies pour la stabilité au Congo) puisse renforcer sa capacité d’action contre les rebelles ougandais des ADF qui terrorisent depuis lurette dans la région de Beni au Nord-Kivu et dans d’autres coins de l’Est de la Rdc, rapporte-t-il avant d’ajouter : « Le secrétaire général des Nations Unies assure également que la coopération entre la Monusco et les Forces armées de la République démocratique du Congo (Fardc) sera renforcée « pour mieux répondre aux préoccupations sécuritaires des populations face à cette menace qui est non seulement congolaise, mais vraiment déjà une menace internationale ».

« Antonio Guterres : un vent d’espoir souflle en en Rdc », poʻo inoa FORUM OF AS.

Pour ce dernier, « Visiblement satisfait après sa rencontre avec le président Félix Tshsekedi, Antonio Guterrres a lancé : « Jai pu constater qu’un vent d’espoir souffle en Rdc, qu’il y a une opportunité à saisir ».

Au sujet de la présentation du programme du Premier ministre à l’Assemblée nationale, « Ce mardi devant l’Assemblée nationale : Le grand oral du Premier ministre », titre LE PHARE.

« A la tête d’un gouvernement fort de 66 membres, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba est attendu ce mardi 03 septembre dans la salle des Congrès du Palais du peuple, pour la présentation de son programme d’action aux députés nationaux réunis en plénière. Ce grand oral devrait intervenir peu après l’ouverture de la séance par la présidente du bureau de l’Assemblée Nationale, Jeanine Mabunda, prévue à 12 heures », indique ce quotidien.

En principe, rappelle LE PHARE, la plénière de ce mardi devrait se limiter à la présentation du texte et aux réactions des membres de la Chambre basse du Parlement. Selon la tradition, un délai de 48 heures devrait être accordé à l’orateur pour revenir répondre aux préoccupations des élus du peuple.

LA PROSPERITE en ce qui le concerne, s’intéresse sur les « Réforme institutionnelles urgentes avant les prochaines élections — FCC-CACH : Lamuka exige un dialogue sous l’arbitrage de l’Onu ! », voilà pourquoi, Lamuka estime qu’il est impérieux que les Nations Unies contribuent à promouvoir le dialogue entre les forces politiques et sociales les plus représentatives (LAMUKA d’un côté et la coalition FCC-CACH de l’autre côté) pour faire aboutir ces réformes par la consensualité républicaine nécessaire à la paix civile plutôt que par le jeu des majorités parlementaires arithmétiques et sans prise réelle sur le peuple. Aussi, pour restaurer à jamais le peuple dans son statut de souverain primaire, conjurer les putschs électoraux et éviter que les Congolais ne croient plus aux élections comme mode d’accession au pouvoir, LAMUKA tient-il à ce que des réformes substantielles soient réalisées avant les prochaines élections. Ces réformes concerneront notamment, la Cour constitutionnelle, la CENI, le Conseil Supérieur de l’Audio-visuelle et de la Communication, la Commission nationale des droits de l’homme et tant d’autres.

Toujours à ce sujet, FORUM DES AS, titre : « En vue de garantir des élections régulières, Lamuka préconise des réformes institutionnelles ». Pour restaurer à jamais le peuple dans son statut de souverain primaire, conjurer les putschs électoraux et éviter que les Congolais ne croient plus aux élections comme mode d’accession au pouvoir, LAMUKA tient à ce que des réformes substantielles soient réalisées avant les nouvelles élections, rapporte ce journal.

Ces réformes concerneront notamment, la Cour constitutionnelle, la CENI, le Conseil Supérieur de l’Audio-visuel et de la Communication, la Commission nationale des droits de l’homme et tant d’autres. Ces réformes doivent se faire dans le cadre d’un dialogue réunissant les forces politiques les plus représentatives du pays “, lit-on dans les extraits dudit mémo que Forum des As a pu consulter, écrit FORUM DES AS, citant par ailleurs un membre de cette plate frme, en l’occurrence Pierre Lumbi: “Nous estimons qu’il faut des réformes institutionnelles mais qui ne doivent pas se faire de façon unilatérale. Elles doivent se faire avec toutes les forces politiques représentatives de la nation congolaise”.

Sylvie Meta


(SM / BT / Ae)

Uaʻike muaʻia kēiaʻatikala ʻO DIGITAL CONGO